Valérie Bonenfant : collaborations et projets

Un des trois contes actuellement en recherche d'illustrateurs pour ma maison d'édition:

 

p-verte  « Quand le progrès fait déménager un oiseau... »


Titre du conte : J'habite un fil électrique

 

Introduction : 

 

Monsieur Fleur, qu'on se le dise, c'est moi !
Je suis un oiseau perché sur son fil électrique et j'aime vivre là…
Alors, quand on vient me déloger, j'ai le bec qui grimace…

 

 

Première moitié du texte :

Bonjour, je m'appelle Monsieur Fleur et je suis un oiseau. J'habite un fil électrique, pendu là entre deux poteaux. Si je m'y plais ? Ah ça oui, avez-vous vu le magnifique panorama ? Il faudrait être difficile : pleine vue sur la mer, la ville à mes pieds, le parc urbain juste à quelques envolées…
Une ligne de paradis, c'est certain. Je suis arrivé là, par hasard. Après un long voyage sans escale, je cherchais un endroit serein où me reposer les ailes. Je me suis installé là, je me suis senti bercé doucement.
La balançoire, ça a toujours été mon vieux rêve, alors forcément, quand je suis arrivé, et que je me suis mis à osciller légèrement, ce fut le coup de foudre. Mais quand j'eus retrouvé ma forme, je n'eus plus envie de partir.
Quelques envolées bien sûr, de ci de là, mais pour mieux revenir ensuite, sur mon fil berceur. Pour accompagner le mouvement, je chantais quelques notes. Je vous assure que là-haut, cela m'inspire : un sifflet charmeur, tout en douces nuances…
Tellement agréable que, si je n'y prenais garde, je m'endormirais moi-même. Ah ici, pas besoin de compter les électrons qui passent, pour s'endormir. C'est instantané. Non, je ne peux pas accueillir du monde, enfin je veux dire, des gens comme vous.
Sinon, des soirées avec des autres oiseaux, ah ça oui, j'en ai organisé. Lors de la plus grande fête, nous devions être plus de cent. Quelle ambiance ! La soirée avançant, nous nous sommes tous mis à chanter, et là, quel concert ! De toute la ville, on devait nous entendre piailler ! C'était magnifique !
Non, je ne le fais pas très souvent. Les oiseaux maintenant, préfèrent la modernité. Les fils électriques comme domicile, ça apparait trop ringard. Ce qu'ils préfèrent, je crois, ce sont les parois abruptes, vitrées, en ville.
C'est « fun » et c'est « hi-tech », comme ils disent… Que voulez-vous, ils vivent avec leur temps… Ces paysages-là, tel que celui qui se présente sous nos yeux, je ne suis pas sûr qu'ils l'apprécient… C'est dommage, le regard se perd… La poésie aussi…
Si si, ils chantent. Heureusement, ça met du pep's en ville, mais bon, entre les bruits des voitures, des engins de chantier, des avions… Ils vont s'égosiller pour pas grand-chose… Mais pourquoi chaussez-vous ce curieux chapeau jaune ?
Drôle de look décidément, chez les humains… Nous, nous naissons avec nos plumes et nous les gardons tout au long de notre vie… Cela ne nous viendrait pas à l'idée de porter de tels accessoires. C'est un casque de chantier ?
Allons bon, va y avoir des travaux ici ? Quel genre ? Un enfouissement des lignes aériennes ? Fichtre, quel baratin savant, et ça veut dire quoi au juste ? Que vous allez mettre à terre les deux poteaux et que mon fil va passer sous la terre… Mais pourquoi donc ? Vous voulez offrir un panorama aux vers de terre ?
Il faut que je déménage… Oh non, pas ma balançoire… J'étais si bien ici… C'est pour dégager la vue ? Mais elle l'est, là, juste devant ! Pour ceux de derrière ? Oh allons, ne me dites pas que ce mince fil et mon petit personnage, nous les gênons…
Au contraire, cela meuble le paysage… Et puis, ils ne pourront plus profiter de mon chant du soir, celui qui berce, le doux, le nuancé… Attention, moi, Monsieur Fleur, je vous le dis : si vous touchez à ce fil électrique, c'est à la poésie que vous portez atteinte…

 

Public visé :  7 ans et plus.

 

Pour se positionner sur l’illustration d’un de mes contes, c’est simple, il suffit :

- De se déclarer auprès de moi (mon adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

- De m’envoyer 2 à 3 illustrations sur la première moitié du texte telle que présentée, avec quelques mots présentant sommairement ce que vous aimeriez réaliser.

- Une réponse vous sera alors communiquée, sauf imprévu majeur, dans un délai maxi de deux semaines.

- Si c’est OK, le texte vous sera alors réservé et un « package complet » vous sera remis, « le parfait nécessaire à faire un livre avec moi » : contrat, cahier des charges, modèles de maquettes, recommandations diverses, logo…etc

 

Les conditions en bref :

- Auto-édition réalisée en partenariat avec un imprimeur-éditeur, gérant les ventes en impression à la demande.

- Une rémunération des droits d’auteurs partagée, proportionnelle au nombre d’exemplaires vendus :

     * 5% du prix net de vente du livre (6,99€ pour un livre 32 pages) si l’illustrateur réalise les maquettes en version pdf du livre, solution privilégiée autant que possible.

     * 3% s’il réalise uniquement les images et que la composition est assurée par moi-même.

- Une diffusion sur les principales plateformes de vente : FNAC, Amazon, Cultura, Cdiscount, Decitre, un réseau couvrant 90% des libraires…

 

L’aventure vous tente ? Lancez-vous ! Tous les talents sont les bienvenus…

 

Coup de projecteur

Ici, régulièrement, trois contes proposés à l’illustration pour ma collection de livres.

En ce moment :


p-jaune« Crayons, une invitation à vous amuser ! »
Titre du conte : Derrière la vitre

 

p-verte« Ambiance festive pour ce conte de l'été »
Titre du conte : J'habite une lanterne

 

p-orange « Révolution à l'école? Peut-être... »
Titre du conte : Le stylo rouge

 

Mes illustrateurs

 

Ils ont collaboré à mes contes, ils sont...
 - illustrateurs
 - metteurs en voix

 

Cliquer ici pour découvrir leur univers